Bienvenu(e) à la webconférence
de Papa Chouch

La webconférence était disponible, ci-dessous, du 3 mars 16h au 4 mars 16h

Et en rediffusion exceptionnelle, le Lundi 06 avril à partir de 15h30 ! (heure de Paris)

Une question à poser à Papa Chouch ou Nathalie de Boisgrollier ?

10 Commentaires

  1. Malika

    Très intéressante partie sur la charge mentale et le partage des tâches à initier par l’homme.
    L’éducation n’est pas linéaire chaque enfant est différent et nous amène en tant que parents à nous remettre en cause pour l’accompagner et respecter son intégrité physique et sa personnalité.
    Rappeler que l’enfant passe par différents passages et surtout celui où il ne veut que seul le même parent s’occupe de lui ( difficile pour celui qui n’est pas choisi), c’est normal et ne remet pas en cause l’amour qu’il a pour l’un ou l’autre.
    Merci

    Réponse
  2. BELLEST

    Sympathique certes, mais l’intitulé de « webconférence » est trompeur : il s’agit en fait de l’ interview d’un père, ça apporte un truc ou deux pour faire face à des situations avec les enfants, mais pas plus. Papa Chouch a encore quelques progrès à faire sur le partage des tâches domestiques et éducatives homme-femme, visiblement. Il ne s’agit pas tant pour les pères et maris d' »aider » leur femme, que d’assumer leur part de responsabilité !

    Réponse
    • Nathalie de Boisgrollier

      Bonjour Bellest. Pour ma part, je suis très heureuse que vous ayez retenu « un ou deux trucs ». Et je vous invite à en faire autant sur les 10 autres conférences. Je vous mets au défi, bienveillant, de mettre en pratique une bonne dizaine de trucs nouveaux à l’issue de ces différents partages d’intervenants. Revenez nous dire dans quelques semaines si cela a changé votre quotidien ? Bien à vous

      Réponse
  3. Christelle LEMOIGNE

    Je partage pleinement la vision de Papa Pouch de chercher l’équilibre entre les enfants, la vie professionnelle, la vie perso. Par rapport à l’argent, je pense que cela touche aux messages que notre société véhiculent : il faudrait avoir de l’argent pour être heureux, pour être inclus dans la société et quelque part cela veut dire consommer pour être heureux. et beaucoup de monde croit à ce message. C’est aussi peut être du au fait que les parents manquent d’accompagnement dans ce rôle. et donc ils vont chercher un dérivatif à leur sentiment d’incapacité vis à vis de ce rôle (par l’argent, par le travail…) Je pense qu’on accompagne pas assez les futures parents pour comprendre comment fonctionne, se développe en enfant et que c’est un job à part entière. C’est un vrai manque qui engendre beaucoup de difficultés dans les familles que ce soit pour les parents ou pour les enfants.
    J’apprécie aussi beaucoup son approche sur le fait de savoir lâcher, de savoir faire des compromis en fonction de la situation, de chercher le bon curseur dans le fait de dire oui/non en fonction du moment à son enfant. Quelque part, il nous dit qu’il n’y a pas de recette toute faite mais qu’il y a surtout beaucoup d’écoute, beaucoup d’observation et d’empathie à mettre en oeuvre et d’adaptation. L’objectif étant d’accompagner l’autonomie de l’enfant en toute sécurité.
    merci Papa Chouch, vous montrez un exemple de qualité.

    Réponse
    • Nathalie de Boisgrollier

      Merci beaucoup Christelle. Et l’association Oze est très heureuse de contribuer à cet accompagnement des parents qui a le pouvoir de changer de belles choses dans notre société. Bonne route d’empathie.

      Réponse
  4. ROUSSEL-THOMAS Corinne

    Aesh en école maternelle, je dois associer l’accompagnement d’un élève à besoins particuliers avec l’atsem qui co-anime les ateliers avec la maîtresse et notamment les ateliers de lecture, puis la couchette. J’ai la délégation parentale du rapport de proximité, soit la propreté de l’enfant tout en respectant la priorité éducative d’intégration à la classe, soit faire la même chose en même temps, mais pas tout le temps … Cette répartition est complexe et l’enfant doit identifier en permanence son interlocuteur pour exprimer un besoin. La couchette est un temps partagé en dortoir, ce qui peut être difficile pour certains enfants. La propreté et le sommeil sont des apprentissages proches, les Papas mènent les enfants à l’école ou en périscolaire, autant que les mamans, aussi leur avis doit être consulté. En accord avec les PMI, les directions d’écoles pourraient-ils nous aider sur cette période d’apprentissage physiologique pour tous les enfants. Donc, il serait nécessaire de ré-imaginer les rôles de chacun pour que les familles soient des partenaires durables pour la petite enfance et l’école du premier degré déléguées aux communes.

    Réponse
    • Nathalie de Boisgrollier

      Bonjour Corinne. Votre question mérite une réponse d’un professionnel à la fois du handicap et de la scolarisation. D’autant plus que vous évoquez les rôles d’acteurs institutionnels très divers : école, PMI, mairie… Cela dit, je ne peux qu’être d’accord avec l’esprit de partenariat que vous appelez de vos vœux. Ce partenariat existe. Ici ou là, il doit pouvoir être renforcé en qualité (pas par des dossiers supplémentaires). Et les solutions me semblent locales.
      Bonne continuation dans votre beau métier.

      Réponse
  5. Robert Nkontchou

    Je suis à 58ans et déjà grand père de 3 petits enfants de 5 ans, 17mois et 15 mois assez édifié. Ce que vis papa Chouch c’est ce que j’ai essayé de vivre avec mes trois filles et deux garçons tous grands aujourd’hui. Je le vis avec mes enfants qui sont régulièrement avec nous car leurs parents travaillent et de temps en temps nous les laissent. Mais j’ai beaucoup appris en suivant cet interview. Notamment l’importance de dire NON et comment s’y prendre, la gestion de la frustration qui s’en suit, etc. Merci

    Réponse
    • Nathalie de Boisgrollier

      Merci pour votre témoignage Robert. Et toujours sur le thème du « non », vous pourrez prolonger avec la conférence d’Amina Mira, lundi prochain. Bonne semaine à vous.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Et si l’incroyable atelier en ligne continuait à Paris ?

Pendant 2 jours, vous allez être plongé dans de nouvelles façons de faire !

Vous avez aimé cette webconférence ?

Nathalie vous propose d’aller plus loin :

rencontrez d’autres parents dialoguez avec les intervenants des webconférences
pratiquez la boite à outils de l’éducation positive Oze
posez toutes vos questions
approfondissez les connaissances acquises durant l’atelier
recevez des tonnes de bonus et de cadeaux

Attention, les places sont limitées, nous n’accepterons que
30 inscriptions !

Le coffret « Incroyable Atelier »

Vous avez aimé cette webconférence et souhaitez la revoir quand vous voulez ?

Vous n’avez pas envie d’attendre la diffusion quotidienne de chaque conférences ?

Vous avez tout simplement envie de soutenir l’association OZE dans l’organisation d’un tel événement ?

Faites l’acquisition du coffret « Incroyable Atelier » :

accès illimité aux 11 webconférences

Attention, si vous envisagez de participer à l’événement en live du 4 et 5 avril, ce coffret vous sera offert !