Les rythmes du sommeil

Bien dormir est pour tous un impératif afin de se remettre des fatigues physiques et psychiques accumulées tout le jour. Dans le cas des enfants, le sommeil est d’autant plus important qu’il est la garantie d’une bonne croissance, et d’une attention soutenue pendant la journée. Petit point sur les caractéristiques du sommeil chez l’enfant et l’adolescent.

 

  • Bien dormir pour bien grandir

 

Si bien dormir est particulièrement important pour l’enfant, c’est que l’hormone de croissance est sécrétée durant son sommeil. Bien dormir, c’est aussi bien grandir ; d’autant plus que c’est aussi à ce moment que se construit, au moins en partie, la résistance du système immunitaire.

Au niveau psychique, un bon sommeil favorise la concentration, la mémoire et l’apprentissage. Reposé, l’enfant est mieux disposé par rapport à son environnement, et parvient à fixer son attention. Toutes ses expériences et ses divers apprentissages du jour sont organisés au niveau cérébral durant le sommeil. Un bébé (avant 3 ans), dort en moyenne 15 à 16 heures, et cette durée diminue avec le temps ; il acquiert peu à peu un rythme jour/nuit, et ne dors plus que 9 heures en moyennes vers 12 ans. Il faut néanmoins garder à l’esprit que ces durées étant des moyennes, le nombre d’heures nécessaires varie d’un enfant à l’autre : certains auront un plus grand besoin de dormir que d’autres.

Progressivement, on observe que les enfants dorment plus tard, beaucoup plus tard parfois chez les adolescents, pour diverses causes qu’on verra plus loin. Si ce comportement est naturel, il faut noter qu’en raison des journées scolaires chargées, le manque de sommeil peut se faire sentir, avec des épisodes de somnolences et une capacité à se concentrer qui s’évapore. Dans tous les cas, il faut veiller à habituer l’enfant à dormir à heures fixes, ce qui ne signifie pas qu’on ne peut pas respecter ses horaires de coucher : mais certains facteurs externes peuvent influer qui contribuent à installer une mauvaise hygiène de vie (écrans, notamment).

Le grand changement chez l’enfant, aux environs de 5 ou 6 ans, c’est l’absence de sieste. Chez l’adolescent au contraire, la voilà qui fait son grand retour.

  • La sieste

 

La sieste peut pallier aux désagréments dus à des nuits trop courtes. C’est un comportement normal, surtout chez les tout-petits, quoique tous ne soient pas égaux devant ce phénomène : chacun réagit selon ses besoins, rien ne sert de l’obliger ; l’irritabilité et l’agitation notamment peuvent renseigner sur l’opportunité d’une sieste.

S’il est moins fréquent qu’au-delà de 6 ans, les enfants fassent la sieste, en revanche ce besoin refait surface à l’adolescence, changement hormonaux aidant. Même dans les cas où leurs besoins de sommeil nocturnes sont comblés.

Les contraintes scolaires et sociales néanmoins influent sur la qualité de leur sommeil, de même qu’un certains nombres « d’éléments perturbateurs », tels que les écrans, la veille volontaire ou encore la consommation d’excitants (café, par exemple).

  • Les éléments perturbateurs

 

Les écrans (télévision, téléphone, ordinateur) prennent de plus en plus de temps dans la vie des jeunes et affectent directement la qualité de leur sommeil. Selon certaines études, plus la durée d’exposition à la télévision est importante, moins le sommeil a de chance d’être réparateur. Avant d’aller se coucher, regarder la télévision ou surfer sur Internet par exemple, est particulièrement contre-indiqué, car alors la personne ne fait plus attention aux signaux qui alertent habituellement sur son état de somnolence. Passant outre, elle dépasse également l’heure du coucher. Sans compter les études menées sur la lumière des écrans qui aurait une incidence sur la production de mélatonine, l’hormone responsable de l’endormissement.

Dès l’enfance, mettre en place un rituel qui précède l’endormissement est un bon geste, qui peut aider à apaiser l’enfant et faciliter ce moment, par exemple, par la lecture : une petite histoire avant de se souhaiter bonne nuit… Rituel qui peut bien sûr être plus étoffé. Surveiller sa « consommation » d’écrans par jour, et éviter tous les excitants avant d’aller dormir est aussi un bon point. Une bonne hygiène de vie reste nécessaire, sans oublier que le critère pour savoir si la nuit a été bonne est d’observer si on est dispos pendant la journée. La durée du sommeil variant d’un individu à l’autre, ce n’est donc pas en termes d’heures, mais en terme de qualité de vie (est-on reposé ?) que l’on raisonnera.

enfant endormi

©Fotolia – st-fotograf

 

 

YR pour l’Association Oze

https://educationpositive-oze.fr

www.art-de-vivre-en-famille.fr

 

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link

Inscription gratuite

Je veux voir gratuitement 
les 11 webconférences exclusives !
Fermeture des inscriptions dans :
Voir les webconférences
close-link

Pin It on Pinterest

Share This