Comment accompagner un enfant dans l’acquisition de la propreté ?

L’acquisition de la propreté est un sujet clef à un certain moment du développement des enfants, car c’est un élément souvent décisif pour l’entrée à l’école maternelle, qui peut engendrer des questions et parfois de l’inquiétude.

Prenons un petit moment pour expliquer cette étape importante.

acquisition propreté

© JenkoAtaman

Le développement moteur pour préparer la propreté

Afin d’arriver à cette étape du développement qu’est la maîtrise des sphincters, l’enfant passe en amont par des étapes fondamentales. La maîtrise des sphincters, qui arrive en moyenne vers 3 ans, implique que l’enfant arrive à contrôler son corps dans sa globalité et parvienne à dissocier son côté droit de son côté gauche. C’est-à-dire qu’il arrive à bouger la partie droite de son corps en laissant la partie gauche fixe, et inversement. C’est ce que l’on appelle la latéralisation du corps.

On peut observer que chez le bébé, quand il lève une jambe l’autre se lève aussi ; s’il amène un bras dans une direction, l’autre va également dans cette même direction. Un enfant sera physiquement prêt à apprendre la propreté lorsqu’il sera capable de dissocier toutes les parties de son corps.

Il est possible de savoir s’il est prêt en le regardant monter dans les escaliers : s’il les monte une marche après l’autre comme un adulte c’est qu’il contrôle la latéralisation et qu’il est prêt au niveau moteur. S’il met ses deux pieds sur chaque marche avant de monter la suivante c’est qu’il a encore besoin d’entrainement.

Leur laisser l’accès à des escaliers, ou un toboggan, leur permet d’expérimenter et d’apprendre à contrôler leur corps.

 

Le développement psychologique pour confirmer la propreté

Une fois la capacité motrice maitrisée, l’acquisition de la propreté demande aussi que l’enfant soit prêt psychologiquement. L’enfant qui a le déclic, deviendra propre très vite ; en quelques jour ! Comme lorsqu’il se met à marcher, en 1 semaine c’est parti J !

Forcer un enfant aura un effet négatif car un accident aura pour conséquence de lui faire perdre confiance en lui, de lui faire perdre son estime de soi. Plus un enfant se retrouve à faire sur lui, plus il perd confiance, et plus il mettra longtemps à maîtriser cette étape. Il est donc important d’être à son écoute et de respecter le temps qu’il lui faut pour y parvenir.

En revanche, lui proposer, l’inviter, lui expliquer, le valoriser dans cette étape, sans lui mettre de pression, lui donnera envie, confiance et l’incitera à essayer. Faites lui confiance, discutez en avec lui, il saura exprimer s’il est prêt ou non.

« As-tu envie d’aller aux toilettes ? »

« Tu deviens grand, tu es capable d’aller aux toilettes »

« Tu sais quand on grandit et qu’on va à l’école, c’est important et normal de laisser les couches et d’aller aux toilettes »

« Veux-tu enlever la couche et aller sur les toilettes aujourd’hui ? »

« Tu en es capable, tu vas y arriver » 

« Bravo je suis fière de toi »

 

Très souvent, à l’approche de l’entrée à l’école, les parents sont inquiets à l’idée que leur enfant ne soit pas propre et puisse être refusé, mais la fierté et le plaisir que les enfants éprouvent à l’idée d’entrer à la maternelle, suffit à les motiver, et pendant les vacances d’été, hop ! en quelques jours ils gèrent !

Ayez confiance, au fur et à mesure que vous les valorisez et les rassurez, tous les enfants une fois qu’ils sont prêts, retirent leurs couches et deviennent autonomes 🙂

Alice RegnierAlice Regnier, pour l’association Oze
Educatrice de Jeunes Enfants, directrice de crèche, coach parentale

www.aide-parentale.com
www.oze-coaching.fr
www.art-de-vivre-en-famille.fr

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link
Phasellus leo venenatis felis efficitur. ut ultricies risus.

Pin It on Pinterest

Share This