Comment se donner de l’énergie par le biais des résolutions ?

Entre combats et envies : que choisir ? énergie
« Si vous combattez toutes les opinions, sans proposer en la place quelque chose de certain, vous échouerez comme celui qui a été d’un avis contraire au vôtre, et en cela les choses vont de pair. » Hérodote ; Histoires, 7, 50 – Ve s. av. J.-C. trouvée sur www.mon-poeme.fr énergie

Lutter contre ce qui dérange ou créer ce dont j’ai envie? énergie, enfin

énergie

Quel est mon choix, ma direction? énergie

Où vais-je investir mon énergie : dans le combat ou dans l’ouverture ? Souvent je prends le chemin de la rébellion, du combat. Ma cible est alors facile : ce qui me dérange. Quand mes actions consistent à “râler”, “dénoncer”… En quoi suis-je utile ? énergie, enfin

En m’opposant, je génère de la frustration en moi, et cherche à entraîner les autres, à les rallier à ma cause. énergie, enfin

Mon énergie, au moins mentale, est alors orientée vers ce qui me déplaît ! énergie, enfin

C’est comme si, ayant envie d’un manteau brun court, je parcourais les magasins à critiquer les manteaux longs, les manteaux noirs courts, les manteaux verts, rouges… À quoi bon regarder ce que je ne veux pas?

Il arrive aussi que je ne sache pas ce que je veux, alors j’ère. J’explore les magasins. Cela peut durer longtemps. En vain, ou, au contraire, être une source d’inspiration, c’est selon. énergie, enfin

 

Selon quoi ?

Mon état d’esprit : c’est à dire ce que je me raconte. Ou alors, quand je sais ce que je veux, je le trouve facilement et rapidement (en un ou deux magasins et quelques minutes). J’en ai fait l’expérience, c’est extrêmement efficace, presque incroyable. C’est sans doute être centrée, à l’écoute de sa voix intérieure.

Je distingue ici trois options :

  1. la lutte : mon énergie est concentrée sur ce que je ne veux pas
  2. l’indécision : mon énergie est intériorisée, elle peut être destructrice ou inspirante
  3. l’orientation envie : je dirige mon énergie vers ce que je choisis, ce qui me fait vibrer.

J’ai l’impression que le formatage social est fortement marqué par l’opposition à ce qui dérange. C’est très net en politique : les discours s’évertue à contrer l’adversaire. Rares sont les propositions constructives, les projets qui mobilisent. Et pourtant c’est possible. Gandhi l’a prouvé en œuvrant activement et pacifiquement pour l’indépendance de l’Inde. Dubaï en est aussi un exemple extraordinaires. Une ville sortie de nulle part simplement par la vision d’un homme qui a su rassembler les énergies et attirer les capitaux pour rendre cela possible. Côté fortune, c’est aussi impressionnant : les personnes actuellement les plus riches au monde sont parties de rien il y a quelques années (ou décennies.) Elles ont mis en oeuvre leur projet. Elles ont construit.

Ainsi je cherche à éveiller ma conscience à moi-même.

 

Où est-ce que j’investis mon énergie ?

Vers ce qui me plaît ou ce qui me déplaît ?

Si de plus, je sais que, comme le montrent les arts martiaux, l’énergie de lutte alimente ce contre quoi on lutte ! J’ai une raison de plus de choisir en connaissance de cause…

Mes rêves ne méritent-ils pas que je m’investisse pour eux ?

Ils sont mon énergie de vie.

 

Alors je me pose désormais la question : Qu’est-ce qui mérite mon énergie, mon temps, mon argent ?

Ce dont j’ai envie ou ce qui me dérange ? Ce questionnement me ramène à un monde binaire, c’est à dire simplifié. Mais c’est un bon moyen pour m’orienter au quotidien et faire mes choix en conscience à chaque instant.

Si vous avez pris des résolutions de début d’année, je vous propose de les revisiter avec cette question-boussole : ma résolution contribue-t-elle à ce qui me plaît ou est-elle un combat contre ce qui me déplaît ? Vigilance car c’est parfois subtile, nous avons l’art de nous abuser nous-mêmes : Par exemple : « Je fais du sport trois fois par semaine ». Est-ce pour être bien dans mon corps (envie) ou pour perdre du poids (lutte) ? En effet, « Je perds du poids » est assurément un combat contre mon corps. Alors que « Je m’offre un massage » est probablement plus bienveillant… sauf si c’est un drainage lymphatique pour évacuer ma cellulite (combat).

 

Alors envie ou lutte ?

Le discriminant se cache parfois dans l’intention et reste peu visible de l’extérieur. C’est le cas dans « je fais du sport » : ce qui distingue la lutte de l’envie c’est l’émotion associée. Est-ce par colère ou par enthousiasme ?

L’intention est identifiable par mes pensées et par mes émotions. Elle est la source de mon action.

Un autre indicateur est la précision de la formulation. Elle témoigne de ma vision. « Je fais du sport chaque semaine. » est différent de « Je courre 6 kilomètres les mardi, jeudi et samedi pendant un mois. » Cela devient un engagement.

Attention car ma motivation initiale peut aussi être un combat. Comme c’est le cas dans tous les régimes amaigrissants car l’intention y est de résoudre un problème !

 

Tant que je raisonne en mode problème, c’est au problème que je confie mon énergie.

La clé est de déterminer ce que je veux. D’imaginer le résultat, tout en accueillant la situation actuelle avec bienveillance car elle est le merveilleux point de départ de cette aventure.

C’est grâce à la situation actuelle que je vais m’engager. C’est ma situation actuelle qui génère mes envies qui me donnent mon orientation. Alors, je commence par me réjouir de ce qui est, car c’est mon extraordinaire point de départ.

Si je ne m’aime pas : comment puis-je me respecter et croire moi ? Ainsi, le point de départ c’est de prendre soin de moi. Sans moi mes projets ne sont pas !

 

Exemple avec le couple :

J’attends souvent de l’autre qu’il m’aime pour me rassurer du manque d’amour que je me porte. Mais comment respecter l’autre s’il aime quelqu’un que moi je n’aime pas ? La vraie source d’amour c’est de commencer par m’aimer. Ainsi je me sens de mieux en mieux avec moi et je n’ai plus vraiment d’attentes envers l’autre. Ce qu’il m’apporte est un bonus d’amour. Je suis heureuse car j’ai pris soin de moi, pas parce qu’une personne me rassure sur ma valeur. De plus, en prenant soin de moi je reconnais ma valeur. Et je vais oser réaliser ce qui me tient à cœur, avec ou sans l’autre.

C’est en reconnaissant la valeur que j’apporte, ma contribution au monde, c’est par cette énergie radiante que je vais attirer d’autres énergies similaires pour construire la vision qui m’enchante.

Alors quelle orientation vais-je donner à mon énergie de vie ? Et vous ?

Allez-vous investir votre énergie vers ce qui vous déplaît ou vers ce qui vous attire ?

Voici une question à reprendre sans cesse car nos habitudes sont tenaces ! Mais nous avons le choix à chaque instant…

 

Découvrez la suite ici.

Corinne TANGUY pour l’association Oze

Coach en gestion de carrière et créatrice des outils d’auto-coaching www.my-coachkit.com

Maman de BoB, le Blog www.objectifBonheur.com et aussi de www.jepilotemavie.net

Découvrez nos autres articles :
La puissance des compliments – les donner, les recevoir
Vers une relation et une sexualité harmonieuses
Psychogénéalogie: quand la mémoire familiale empêche d’avancer

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link

Inscription gratuite

Je veux voir gratuitement 
les 11 webconférences exclusives !
Fermeture des inscriptions dans :
Voir les webconférences
close-link

Pin It on Pinterest

Share This