Mes émotions et celles des enfants : ça sert à quoi ? – 1/3

Les émotions font parties de notre vie. Que nous soyons adulte ou enfant, nous vivons des émotions 24h/24, car nous sommes des êtres profondément relationnels et affectifs ! Il n’est cependant pas toujours facile de les identifier, de les comprendre et de les accueillir, que ce soit les nôtres ou celles de nos enfants.

C’est quoi les émotions ? E-motion, de l’énergie en mouvement !

émotions réactions circulerUne émotion est un phénomène psycho-corporel qui, à travers une réaction avant tout physiologique (transpirer lorsque j’ai peur, trembler de colère, les battements du cœur et la pression sanguine s’accélèrent, les larmes coulent…), a pour fonction de nous renseigner sur ce qui se passe pour nous et en nous en lien avec notre environnement et les événements de notre vie.

Ressentir des émotions nous permet de nous adapter aux situations et d’être en contact avec soi et les autres. Les « émotions primaires » que sont la peur, la joie, la tristesse, la colère, le dégoût et la surprise ont toutes une fonction adaptative, régulatrice et réparatrice. Elles nous permettent d’agir de manière ajustée, de faire face aux situations. Elles nous permettent de restaurer et/ou préserver le lien avec soi-même et les autres.

Un rôle vital

Il n’y a pas à proprement parlé d’émotion « positives » ou « négatives », mais plutôt des émotions agréables à ressentir et d’autres plus désagréables à vivre. Elles ont toutes un rôle adaptatif. Outre le fait d’être un indicateur précieux qui permet de se connaître et de reconnaître ce qui se passe à l’intérieur de nous en fonction des événements, leur vocation est de circuler dans notre corps. C’est donc un processus vivant et vivifiant allant de l’intérieur vers l’extérieur, dont la nature nous a doté !

 

Question de maturité cérébrale

Bien qu’adultes ou enfants nous ressentions les mêmes émotions, il va falloir 25 ans à notre cerveau pour être complètement mature en matière de gestion émotionnelle ! Les aires de notre cortex en jeu dans la régulation des émotions et du stress vont mettre beaucoup de temps à se construire, et vont nécessiter un environnement suffisamment empathique et bienveillant pour se développer. Il est donc vain d’attendre d’un petit enfant de prendre du recul et de savoir gérer seul ce qui se passe en lui au niveau émotionnel : chaque émotion est vécue très intensément dans son corps et peut le submerger de tension. La pédiatre Catherine Gueguen parle de « tempêtes émotionnelles ». Je vous renvoie à ces écrits  et vidéos pour mieux cerner ce phénomène.

émotions réactions circulerL’apport des neurosciences nous aide depuis quelques années à changer notre regard sur l’enfant en comprenant ce qui se passe en lui au plan émotionnel. Nous savons désormais à quel point il ne peut gérer seul ces débordements qui le touchent dans son corps. Aux adultes de lui montrer le chemin d’un rapport sain aux émotions et d’apprendre petit à petit à accueillir ce phénomène. Nous verrons comment un peu plus loin.

 

Le processus émotionnel “sain” comporte 3 étapes : charge, tension, décharge.

  1. la charge : quand ça monte à l’intérieur, quand on ressent les sensations corporelles liées à l’émotion (gorge sèche, rythme cardiaque qui s’accélère…)
  2. la tension : on utilise l’énergie de l’émotion dans une action, une parole, un comportement
  3. la décharge : le moment où l’on pleure, crie, tremble… La décharge n’est que la 3° partie de l’émotion, c’est l’étape qui permet le retour au calme.

Et c’est là que ça se complique… Pour les adultes que nous sommes, encore une fois, il s’agit de montrer l’exemple. Et en matière d’émotion, il se peut que bien souvent, dans notre histoire, la phase 3 de « décharge », n’ait pas eu beaucoup l’occasion de se vivre. Plusieurs d’entre nous n’avons pas eu la possibilité de maturer totalement au plan de l’accueil et de la gestion de nos émotions. Les petits garçons ne doivent pas pleurer, et les filles n’ont pas le droit de se mettre en colère… pour caricaturer !

Et si le processus de l’émotion est bloqué ?

Notre véritable ressenti est donc souvent biaisé par notre éducation et notre vécu qui impose de taire certaines émotions. Et il n’y a pas forcement eu, auprès de nous quand nous étions enfant, d’adultes en capacité de nous comprendre et d’accueillir nos états d’âme. On peut alors rester coincé à l’étape de « tension », et porter en soi tout un tas de vielles émotions qui n’ont pu être accueillies et « déchargées » à l’époque.

Cela créé dans le présent des réactions émotionnelles parasites. Certaines situations vont faire remonter à la surface ces émotions anciennes, sans rapport direct avec ce qui se passe dans le présent. Ce décalage fait que l’expression ne sera pas forcement libératrice. Voire elle peut amplifier et faire durer le phénomène, puisque déconnecté de son émotion « source », initiale. Les enfants peuvent eux aussi vivre des réactions émotionnelles parasites.

émotions réactions circulerA suivre : des pistes pour les distinguer des « vraies » émotions et du stress, et voyons comment accompagner ces manifestations. Pour découvrir la suite, cliquez ici.

 

 

Céline Eliot, pour l’association OZE
Psychothérapeute et coach
Créatrice et animatrice du collectif EDUCATION EN CONSCIENCE à Marseille

www.facebook.com/psychotherapie.celine.eliot

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link

Pin It on Pinterest

Share This