Comment reprendre le travail d’une façon zen après le congé maternité ?

Voici 5 astuces pour reprendre le travail d’une façon zen après le congé maternité…

1. Le retour au travail se prépare avant même d’être partie !

congé maternitéAvant de partir en congé maternité, demande un entretien avec ton manager. Clarifie ta situation et  communique sur ton état d’esprit. Si tu désires reprendre ton poste de la même façon que maintenant ou si tu désires monter en grade à ton retour, dis-le à ton supérieur. Et de même, demande-lui comment il compte faire sans toi. Comment seront repris tes dossiers ? Qui sera ta remplaçante ? S’il y a une remplaçante, que deviendra-t-elle à ton retour ? Si personne ne reprend tes dossiers, comment pensent-ils être en mesure de les gérer ?

Montre à ton patron que ton job te tient à cœur, que tu veux compter dans la société à ton retour. Cela lui permettra de planifier ton retour.

Si tu désires profiter de cette période de maternage (oui, je milite pour qu’on arrête d’utiliser le terme de « congé » maternité car on sait toutes que cela ressemble à tout sauf à des vacances !) pour faire une vraie pause, tel est ton droit. Et ce n’est pas moi qui vais te dire le contraire. Mais pose avant de partir les règles de ton retour.

2. Garde contact pendant ton congé maternité

Si tu fais la morte pendant 6 mois, je comprends que tu ne saches pas trop à quoi t’attendre à ton retour ! Est-ce que l’équipe a évolué ? Est-ce que les projets ont changé ? Qui sont les clients ? Est-ce que les bureaux ont déménagé ? Quel sera mon poste à mon retour de congé maternité ?

Prendre des nouvelles pendant ton absence montrera à ton boss ton intérêt pour ton poste. Ainsi, tu ne tomberas pas dans les oubliettes d’une restructuration.

congé maternitéAlors là je ne parle de bosser, ni d’appeler toutes les 5 minutes. Je parle d’envoyer un message pour annoncer l’arrivée de ton bébé et à 2 ou 3 semaines avant de revenir travailler de contacter ton manager pour prendre la température. L’idée n’est pas d’appeler pour rattraper des dossiers en cours. Non, l’état d’esprit est vraiment juste de dire « coucou je suis là, comment ça se passe pour vous car je voudrais avoir le maximum d’informations pour savoir dans quoi je reviens ». Revenir dans l’inconnu peut être générateur de stress. Quand on a une petite idée d’où on va, l’anxiété peut être diminuée.

 

3. Entraîne-toi à faire garder ton bébé par différentes personnes

Pendant ta période de maternage (ou “congé maternité”), fais garder ton enfant. Et si tu peux alterner les nounous, c’est encore mieux. Alors commence par le papa, c’est la personne à qui tu devrais faire le plus confiance (hein ?). puis ta mère, puis ta belle-mère, puis ta meilleure amie, puis ta tante, etc… Bref, tu comprends ? L’idée ici est que tu comprennes que tu peux faire confiance à d’autres personnes que toi pour la survie de ton enfant ! Que tu comprennes que ton petit bout peut passer du temps sans toi et que c’est OK.

Pour la durée, je te conseille de faire court au début et d’étendre petit à petit la plage horaire.

4. Profite de ce temps sans ton bébé pour te faire plaisir !

Fais-toi un ciné, une séance shopping, un massage, une soirée entre copines, etc… Le but est aussi que tu passes du bon temps de ton côté, sans ton enfant. Que tu comprennes que toi aussi tu peux survivre sans lui !

Et surtout, surtout, surtout : ne culpabilise pas ! Qui a dit que ton bébé devait vivre collé à toi 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ? Tu seras toujours pour lui sa personne préférée sur Terre, la personne la plus à même de répondre à ses besoins, ne t’en fais pas. Ce n’est pas parce que tu ne l’as pas vu pendant 3 heures parce que tu buvais des mojitos avec tes meilleures copines que ton enfant t’en voudra toute sa vie. Ni que ton mari et ta famille vont te crucifier sur l’autel de la mauvaise mère. Non, tu as le droit d’avoir du temps pour toi et de t’amuser !

5. La semaine d’adaptation de ton bébé est aussi faite pour toi !

En général, ton bébé a 1 ou 2 semaines d’adaptation à son nouveau mode de garde. Durant cette période, tout le monde va apprendre à se connaître. La nounou (que ça soit en crèche ou l’assistante maternelle) va apprendre à connaître ton bébé : ses habitudes, ses besoins, sa manière de communiquer, etc… Elle va aussi apprendre à te connaître : tes besoins, ta manière de communiquer, etc… Et toi aussi, tu vas apprendre à connaître ta nounou ! Profite de cette période pour prendre confiance, en ta nounou, en la capacité de ton bébé de survivre sans toi. Mais aussi en toi et en ta capacité de lâcher prise sur la situation. Peux-tu la changer ? Est-ce envisageable de ne pas reprendre le travail ?

Si non, lâche prise ! Tu ne peux pas changer cette situation alors accepte-la. Je n’ai pas dit que c’était facile et agréable, que tu repartiras de la crèche le cœur léger, que ton bébé ne te hantera pas toute la journée. Je t’invite juste à faire la paix avec cette décision que tu as prise. Car oui, tu as choisi de reprendre le travail après ton congé maternité (la Gestapo n’est pas venue te chercher chez toi en te menaçant avec une arme).

Pour la culpabilité, c’est pareil. On va la mettre à la poubelle tout de suite, tu n’es pas une mauvaise mère de reprendre le travail, de gagner ta vie, d’aimer ton boulot même ! Regarde autour de toi, on en est toutes là. Beaucoup de mères travaillent, gagnent leur indépendance, se réalisent dans leur travail. C’est ainsi qu’est la société. Si cette situation ne te convient pas, c’est tout à fait ton droit. Alors réfléchis comment tu peux la changer. Je ne vais personnellement pas te blâmer : c’est la raison pour laquelle je me suis reconvertie et que l’expression « semer les graines » existe.

 

Sarah ROUYER pour l’Association Oze

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link
commodo fringilla velit, felis elit. dapibus amet, libero. Praesent

Pin It on Pinterest

Share This