Le sapin : comment le choisir de façon écologique et durable ?

S’il y a bien un élément omniprésent durant les fêtes de Noël, c’est le fameux sapin. Il est absolument partout : dans les vitrines, au pied des lampadaires, dans les villages de Noël, et bien sûr dans nos maisons.

sapin

En bref, cela représente une énorme quantité d’arbres destinés à être sacrifiés sur l’autel de la tradition, uniquement pour être relégués au rang d’élément de décoration durant un mois. Et souvent pour finir sa vie tout dégarni, tristement sur un bout de trottoir. Pourtant, chacun de nous peut opter pour des alternatives plus écologiques sans avoir à dénaturer la magie de Noël.

Un arbre aux racines séculaires

Bien qu’on l’évoque très tôt dans les cultures païennes et chrétiennes, c’est à partir du Moyen-Age que s’ancre véritablement l’usage d’un sapin lors des festivités de Noël. Et ce principalement dans les pays germaniques et scandinaves. Symbole de vie en hiver de par son feuillage persistant, il a été souvent symbole de renouveau associé au solstice d’hiver. On lui attribuait parfois des propriétés mystiques. Dans un contexte religieux, il était même associé à l’Arbre du Paradis, garni de pommes ou de boules rouges. Peu à peu, les sapins se sont parés de gourmandises et de décorations. A partir du XIXème siècle, cette tradition s’est étendue à toute l’Europe par le biais des familles aristocratiques. En France, notamment avec la venue des Alsaciens après la guerre de 1870. Cette pratique s’est diffusée ensuite au sein de chaque foyer.

L’envers du décor

La grande majorité des sapins vendus est cultivée de façon intensive, spécialement pour les fêtes de fin d’année. Ceci représente un marché considérable. La plupart des sapins vendus en France, pas toujours issus d’exploitations françaises, sont de type Nordmann. C’est une variété aux aiguilles souples à plus grande longévité et résistant à la chaleur.

À moins d’opter pour un label bio, la culture de tous ces conifères implique l’utilisation de pesticides. L’impact environnemental concerne également la pauvreté de la biodiversité liée à la pratique de la monoculture du sapin. Quant au broyage et recyclage des sapins collectés après les fêtes, cette pratique n’est pas mise en place dans toutes les collectivités. Bien que parfois, certaines enseignes privées la proposent. Et lorsqu’elle existe sous forme de collecte à domicile ou en point de dépôt, les sapins doivent être sans sac, non décorés et non floqués (sans neige artificielle).

La multiplication de ces arbres constitue un bon piège à CO2 et il est compostable en fin de vie. Il n’en reste pas moins que les ressources que sa croissance requiert (on vend un sapin lorsqu’il est âgé entre 10 et 15 ans) ne sont utilisées qu’à des fins purement commerciales et non pour générer par exemple une plus-value alimentaire. 

Et le sapin artificiel ? 

On l’a longtemps décrit comme l’alternative au sapin naturel, il n’est pourtant pas si éco-responsable. En effet, dans la mesure où il se compose de matériaux principalement plastiques, sa fabrication constitue une activité considérablement polluante. Il en est de même pour sa destruction. Également, on soupçonne fortement que le sapin synthétique libère des substances nocives pour l’environnement et l’être humain.

De plus, il est généralement importé du continent asiatique ce qui implique une forte empreinte carbone liée à son transport. Finalement, on estime qu’il faudrait le conserver pendant presque 20 ans pour amortir son bilan carbone, ce qui est rarement le cas dans nos pratiques actuelles.

Votre sapin, notre avenir

Pour trouver une alternative à l’arbre naturel et ne pas recourir au sapin artificiel, l’imagination de votre famille est votre meilleure alliée. Quoi de plus excitant que d’annoncer à ses enfants qu’ils vont créer leur sapin avant de le décorer ! Voici quelques idées utilisant le monde végétal…

  • C’est d’époque, vous allez élire l’une de vos plantes vertes en tant que Miss Sapin ! Parée d’une mise en lumière spéciale et d’une décoration adaptée, cette star d’un jour va enfin prendre des airs de vedette dans votre salon. 
  • Vous voulez impérativement profiter de cette agréable odeur des forêts de conifères ? Aucun souci ! Il ne reste qu’à cueillir quelques branches d’un arbre existant dans votre jardin, chez un voisin ou encore chez un membre de votre famille, et les décorer !
  • Vous avez une vue imprenable sur le sapin de votre jardin ? Pourquoi ne pas opter pour une décoration outdoor ? Déjà en place, votre arbre ne demande qu’à être décoré ! En le composant avec tout un ensemble de décoration dans le thème (bûches de bois, couronne de Noël, étoile polaire en bois, lanternes…), on peut recréer tout un univers digne de la Laponie.

Et si l’on ne souhaite pas d’alternative végétale ?

On peut également totalement s’affranchir du végétal. Il est possible de recréer tout simplement la forme du sapin. Contre le mur, on peut en dessiner un à l’aide de rubans multicolores, d’une guirlande électrique, par assemblage de photos de famille, ou tout simplement en accrochant directement vos décorations sur un panneau dédié… C’est aussi l’occasion de s’essayer à peindre ou à dessiner sur toile ou sur tissu. 

Pour un effet 3D, tout matériau à disposition peut être recyclé à cette fin : bois, cartons, matériau minéral… Les enfants peuvent également mettre la main à la pâte en confectionnant leur sapin par exemple en brique de construction.

En panne d’inspiration ? La toile regorge d’idées aussi inventives que jolies, dignes d’œuvres artistiques, parfois même surprenantes et décalées. De quoi donner une dimension encore plus incroyable à votre décor de Noël. 

Tradition, quand tu nous tiens

Vous ne vous sentez pas encore prêt(e) à renoncer au traditionnel sapin ? Même le gain de place ou l’économie d’argent n’ont pas réussi à convaincre les grands-parents ? Bien sûr, les changements culturels prennent toujours du temps.

Alors, en attendant, vous avez la possibilité de limiter l’impact environnemental en achetant un sapin avec ses racines. Si vous le choisissez issu d’une filière labellisée limitant les effets néfastes sur l’environnement, c’est encore mieux. Il faudra pour cela prendre bien soin de l’installer dans votre maison dans un endroit non surchauffé et de veiller à ce qu’il ne se dessèche pas.

Vous pourrez ensuite le planter et utiliser les années suivantes ses branches comme décoration de Noël. Essayez également de limiter le nombre de sapins achetés par famille. Par exemple si tous les membres de la famille fêtent Noël au même endroit ou si vous comptez séjourner dans votre résidence secondaire.

Pensez également à d’autres alternatives aux décorations plastiques et aux illuminations électriques. Et si l’on s’inspirait des premières décorations constituées de fruits, de confiseries, de petits gâteaux, d’éléments naturels et de rubans ? 

Bon Noël en famille.

Juliette DAMIS pour L’Association OZE

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link
vel, felis non Donec mattis id venenatis, eget adipiscing quis

Pin It on Pinterest

Share This