Zéro déchet au goûter : les alternatives aux emballages.

Emballage, suremballage : le goûter de nos enfants génère un tas de déchets. Qui plus est, ne sont pas systématiquement recyclables. Et si on les confectionne nous-mêmes, il subsiste toujours le problème du contenant. Tour d’horizon des solutions pour un goûter zéro déchet.

Le goûter tout prêt, tout emballé… tout bon ?

Rapidement acheté puis glissé dans le sac, le goûter industriel, c’est l’option de facilité. Pourtant, la garantie fraîcheur tant vantée a un réel prix. Son coût pour le consommateur bien entendu, ainsi que son impact environnemental. Et ce au travers notamment de la fabrication du produit et de son emballage en plastique ou en aluminium. Les procédés utilisent en effet de grandes quantités d’eau, d’énergie et de divers produits chimiques. L’extraction de composés tels que l’aluminium engendre également de nombreux impacts environnementaux dans des pays souvent pauvres, qui s’ajoutent aux conditions de vie déjà difficiles. La libération de substances nocives de l’emballage est également pointée du doigt. Le plastique étant par exemple un dérivé du pétrole.

Un recyclage limité

Avec le déploiement des campagnes de sensibilisation au tri, les ménages français prennent de plus en plus l’habitude de trier. Cependant, 30% des déchets d’emballages sont encore jetés dans la poubelle classique. C’est-à-dire avec les ordures ménagères résiduelles (source ADEME, 2018). Au-delà de l’effort de tri individuel, le processus de recyclage en lui-même demande énormément d’investissements. Campagnes de sensibilisation, mise en place d’une collecte séparée par la collectivité, augmentation des capacités du centre de tri, élimination des déchets présents non recyclables (ce qu’on appelle les refus de tri) à renvoyer en décharge ou en incinérateur.

Quant à l’aluminium, bien qu’il soit recyclable, seul 41% est recyclé (source Ecoemballages, 2017). Alors que l’on recycle principalement les emballages aluminiums rigides, le gisement en déchets d’aluminium légers ou de petites dimensions est estimé à 60 000 tonnes par an. Ce qui représente 60 % du gisement total d’emballages en aluminium mis sur le marché en France. Il faudrait donc pouvoir améliorer la captation de ces petits emballages en aluminium et développer des technologies pouvant les séparer lorsqu’ils sont en mélange avec d’autres métaux. Or en France, très peu de centres de tri sont équipés. Et les filières de recyclage adaptées sont encore trop peu présentes.

Exit les emballages, place au zéro déchet

goûter zéro déchetBref, enseigner à nos enfants comment mieux consommer, c’est aussi leur montrer que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Halte aux emballages industriels et vive les goûters faits maison ! Et pour gagner du temps, l’astuce est de réserver le dimanche ou le mercredi après-midi pour préparer les goûters de la semaine. Et bien sûr de faire participer vos enfants. Ils seront plus que ravis de déguster ces délicieux goûters préparés rien que pour eux, avec leur parent chéri ou avec la baby-sitter. Il se peut que vous n’ayez définitivement pas la possibilité de dégager du temps pour cet instant cuisine en famille. Il vous reste alors la possibilité d’acheter en vrac en magasin ou à la boulangerie du coin.

Comment transporter le goûter ?

Les boîtes à goûter en plastique sont légères et pratiques. Elles sont facilement accessibles dans le commerce classique. On les trouve aujourd’hui exemptes de phtalate, de PVC ou de bisphénol A (BPA) ce qui réduit la présence de substances néfastes. Pour autant, la migration d’autres composés est favorisée par des conditions propices comme la chaleur, le temps de contact avec l’aliment, l’acidité et les matières grasses. Aussi, il est préférable d’opter pour d’autres matériaux.

Les contenants en verre ont l’avantage d’être composés d’un matériau beaucoup plus stable. De plus, au lieu de se procurer directement une boîte dédiée, il est toujours possible de réutiliser un bocal d’aliments acheté dans le commerce.

Cependant, son cycle de vie (fabrication, collecte, transport, broyage, fonte puis reconditionnement) mobilise une importante consommation en énergie. Il génère donc un certain bilan carbone qui n’est pas forcément compensé par son fort taux de recyclage. En ce qui concerne les couvercles, ils sont généralement en plastique ou en métal. Le passage de substances nocives reste cependant limité dans la mesure où ils sont nettement moins en contact direct avec les aliments. On trouve de plus en plus de couvercles en silicone, qui a l’avantage d’être plus stable à haute température bien que cela dépende fortement de sa qualité. Attention toutefois, les contenants en verre sont lourds et cassables, donc plus compliqués à manipuler par les petites mains.

Légères, solides et hermétiques, les boîtes en acier inoxydable (ou inox) constituent de bonnes alternatives zéro déchet aux contenants plastiques. Le coût d’achat souvent plus élevé est compensé par une durabilité plus longue. Elles sont également très résistantes aux chocs thermiques. Quant aux couvercles, ils sont en silicone ou en inox avec un joint silicone.

D’autres emballages originaux, écolos et zéro déchet

Les sacs en tissu, bio de préférence, sont des contenants légers adaptés aux plus petits. Ils se parent de toute une gamme de couleurs et motifs possibles. Autant dire, les enfants adorent ! Evidemment, s’il y a un risque qu’il se trouve écrasé au fond du cartable, mieux vaut le réserver pour un goûter qui ne s’émiette pas. Comme par exemple un délicieux mélange d’amandes et de noisettes. Là aussi, il est possible de faire des économies, de choisir soi-même la taille des sacs et d’y assortir un lien coulissant, en réutilisant des habits ou des draps. 

En alternative au film plastique, il existe aussi des emballages en cire d’abeilles. Etirables, lavables et hermétiques, ils sont idéaux pour emballer par exemple un pain au chocolat ou un morceau de fromage. Ils restent toutefois assez cher à l’achat et leur durabilité semble plus limitée.

En ce qui concerne les goûters moins solides tels que les compotes, plutôt que d’acheter des gourdes individuelles plus polluantes et souvent chères, vous pouvez opter pour des gourdes réutilisables à recharger, dans l’idéal avec une préparation maison. Si le mode nomade n’est pas nécessaire, privilégiez des petits contenant rigides et n’oubliez pas de joindre une cuillère qui ne soit pas en plastique !

Pour les boissons, la gourde réutilisable et facilement lavable est la meilleure alternative aux briquettes individuelles. Vous ferez également des économies en remplissant ces gourdes à partir de jus de fruits achetés en grande quantité, ou faits maison. Il en existe en différentes matières, dont notamment en inox. Elles comportent souvent un bouchon sport ou un système de paille anti-fuite. Là encore, prenez le temps de regarder la composition de ces éléments et nettoyez-les minutieusement.

Un geste pour une éducation positive

Opter pour un goûter zéro déchet, c’est certainement un engagement pour l’environnement mais c’est aussi favoriser un éveil précieux de votre enfant, cet adulte en devenir qui sera un jour lui aussi un consommateur responsable.

Juliette DAMIS pour L’Association OZE

Pour ne plus rien manquer sur
l'éducation positive
Inscrivez gratuitement votre adresse e-mail dans notre liste VIP 
et recevez tout de suite votre ebook gratuit !
Recevoir mon ebook gratuit et vos dernières nouvelles
Non, merci
close-link

Inscription gratuite

Je veux voir gratuitement 
les 11 webconférences exclusives !
Fermeture des inscriptions dans :
Voir les webconférences
close-link

Pin It on Pinterest

Share This